Archive la catégorie ‘Livres’

Matin d’hiver

Vendredi, janvier 9th, 2009

Tous, ils vont, dans le quotidien…

Petit matin d'hiver sur Paris

Petit matin d'hiver sur Paris

Le tramway - ligne T3

Le tramway - ligne T3

Quand le chemin est libre, filer...

Quand le chemin est libre, filer...

…parcelles d’une Histoire toujours plus grande qui oriente ou aimante le chemin.

Non loin des Champs Elysées

Non loin des Champs Elysées

Tenir, parfois quoi qu’il en soit

Jeudi, janvier 8th, 2009
Résister dans le froid de l'hiver

Résister dans le froid de l'hiver

Résister au froid

Résister au froid

Résister et tenir

Résister et tenir

seul... ?

seul... ?

La météo résonne parfois comme un signal intérieur. Et la nature secrètement parle à qui veut bien entendre. Correspondance entre ce qui est donné à voir, entendre, comprendre, et l’espace intérieur. Correspondance entre le quotidien et le monde.
Marcher parfois pensif, pour entendre le chant du monde. Regarder et parfois malgré tout, se prendre à espérer. Marche de pèlerin parfois sur le bas côté, parfois au centre des événements du monde. Et aussi longtemps que dure l’hiver.

Sur les traces de…

Mercredi, janvier 7th, 2009

Evoquant routes et déroutes, solidarité et parfois survie, me reviennent ces mots d’Erri De Luca, parlant des grandes courses himalayennes. « La descente, dit-il, fait partie de la montée, elle t’incombe et tu dois l’exécuter avec la même précision, même si c’est avec une moindre dépense d’énergie. […] Dans la descente, on complète le sommet . Ce n’est pas une ligne d’arrivée, le sommet, parce que tu ne t’arrêtes pas là, il te faut descendre…». Et il ajoute ceci : « Aucune ligne d’arrivée n’a de valeur, si tu as laissé derrière toi un alpiniste en difficulté. » [Sur la trace de Nives, Gallimard, 2005, p. 52, 51 et 56, cité dans mon livre Nomades, Bayard, 2008, car ces mots définissent aussi tellement bien le pèlerin !]. Oui, mieux vaut se dérouter.