Archive la catégorie ‘Lourdes’

Car il y faut du courage

Mercredi, février 18th, 2009

Dans les hauteurs, ils glissent sur les pistes, grand ciel bleu… on l’espère. Dans les îles lointaines et si proches de nous, c’est l’inquiétude qui prévaut, et tout ce que dicte la crainte du lendemain quand elle se fait sentir de façon trop brutale. Et nous nous allons, étrangers ni aux uns ni aux autres, aspirant aussi à un ciel plus bleu… pour tous.

Avec quelques couleurs de nature pyrénéenne toute en mouvement, j’en fais mon souhait pour vous aujourd’hui. Oui, un peu de ciel bleu… pour tous !

Mais je retrouve cette brève prière du Frère Roger de Taizé et la partage avec vous aussi, comme une ouverture ou un tracé de lumière, où que l’on soit, où que l’on en soit : « Jésus, lumière de nos vies, priait-il, tu connais nos fragilités, mais tu viens les transfigurer. Regardant vers ta parole, nous attendons que l’astre du matin illumine nos coeurs et qu’une espérance se lève sur le monde, comme un jour nouveau qui déjà commence à poindre ».

A la chapelle saint Elie, n’était-ce pas aussi ce qui était signifié ? Pour tous.

Clair-obscur dans les Pyrenees - à Lourdes

Clair-obscur dans les Pyrenees - à Lourdes

Colverts sur le Gave

Colverts sur le Gave

 

Sous la pluie et la neige, la trace

Jeudi, février 12th, 2009

Sous la pluie et la neige, la trace de la grâce, la trace de la recherche de femmes et d’hommes en quête de lumière, de ciel, de sens, de vivre. La trace de leurs chemins, la trace aussi de leurs paroles, souvent marquées de l’empreinte de délicatesse des chercheurs de Dieu. A Lourdes cela se voit, comme en de nombreux autres lieux.

Souvent je pense que la terre et le ciel se rejoignent. J’aime cette figure de style souvent vérifiable en montagne ou en mer, ou par temps de brume. C’est tangible aussi si on veut bien le voir, sous la neige et la pluie. C’est tangible dans des paroles, des regards, la recherche, le travail, des rencontres… J’aime cette parole, qui me travaille, dans les mots du Notre Père : « sur la terre comme au ciel… ». Un défi, un programme, une ouverture !

Ces photos [ci-dessous] disent Lourdes sous la grisaille et la pluie… et pourtant en discrète et profonde lumière.

Eh bien, ils sont pèlerins sous la neige !

Mercredi, février 11th, 2009

Il est des lieux dont la capacité donne d’emblée le nombre de personnes présentes. Ainsi à Lourdes la basilique souterraine Pie X, qui a une capacité de près de 25000 personnes. Et elle était pleine ce matin. Ce qui donne une idée de la fréquentation de cette capitale spirituelle pyrénéenne qu’est Lourdes en ce 11 février. La langue dominante est l’italien. C’est une tradition à cette date : le lieu est plein de pèlerins qui n’ont pas hésité à franchir sans sourciller les Alpes pour cette date et sont là. Oui, le pèlerin est là, sans autre question que d’être là. Il est là parce qu’il pressent que « là » on est sur un épicentre spirituel, un épicentre de la grâce.

La nature ne gâte pas vraiment le pèlerin aujourd’hui, il est vrai : la pluie demeure froide, au point de tomber à certains moments en neige lourde. Mais le coeur est léger, je le disais hier. Le 11 février est toujours une journée d’exception pour Lourdes, en l’anniversaire de la première apparition de la Vierge à Bernadette… déjà en 1858 par un temps d’hiver ! Mais comme il est froid aujourd’hui !

Et je ne peux m’empêcher de penser qu’il est des hivers rencontrés par la grâce. Lourdes en ce sens est bien un signe d’espérance infiniment plus large, en ce temps où l’hiver est plus sensible pour beaucoup. Hiver au calendrier, à la météo… et de tant d’autres façons.

Eh bien Lourdes dans ce contexte immense est un signe d’espérance. Et même l’hiver, ça vaut le coup d’y venir. On s’y ressource. Et je vous en reparlerai volontiers.

A Lourdes l’hiver

Lundi, février 9th, 2009

Retour au calendrier de la date du 11 février, l’une des grandes dates de Lourdes. De nouveau, malgré le froid, des pèlerins nombreux vont affluer dans la ville mariale du coeur des Pyrénées. Près d’un millier aussi de directeurs de pèlerinages, de différentes langues, principalement venus d’Europe, qui vont venir placer ici les jalons  de l’année à venir. Les pèlerins de Lourdes tout au long de cette année, seront invités à suivre les pas de Bernadette, de Lourdes où elle vécut son enfance et connut les apparitions de la Vierge, jusqu’à Nevers où quelques années après elle partit pour continuer le chemin intérieur, un chemin qu’elle voulait au plus près des pauvres, et enraciné dans la rencontre intime du Christ.

Ce chemin de Bernadette est impressionnant. J’ai aimé le prendre et en parler tout au long de l’année 2008, année jubilaire à Lourdes. Mais il est infini, comme un appel au coeur du pèlerin. J’y reviendrai sûrement. Depuis Lourdes peut-être, dès les tout prochains jours.

Retour ailleurs de la tempête, dans des régions qui n’en demandent pas tant. Des amis croisés aujourd’hui même, reviennent des Landes. Ils sont atterrés de ce qu’ils ont vu. La nature est forte, mais comme l’homme se sent petit devant autant de force… Oui, la nature n’est pas que poésie, même si elle en comporte tant.

Nevers

Lundi, janvier 26th, 2009

Ce week-end, j’étais à Nevers. Plus au sud, c’était une lourde tempête. La nature est forte, très ou trop forte parfois. Mais la solidarité des hommes peut l’être aussi, nous le voyons. A Nevers, il en était question. Le mot Hospitalité y revenait au fil du chemin et du travail. Il prenait souvent un sens technique, désignant un ensemble de personnes qui se rendent disponibles aux autres et en particulier aux personnes malades, à Lourdes et partout. Mais le mot sonne toujours comme cette ouverture, cet accueil à la fois reçu et donné, ou pour être plus précis, tantôt donné, tantôt reçu, dans la vie de quiconque, de tous.

Ce sont ces gestes simples, qui quand s’abat la tempête aussi bien que par temps calme, tissent et retissent les liens. Et donnent au présent souvent un étonnant goût d’éternité.

 Le fronton de la maison des soeurs de Nevers, avec une magnifique faute d’orthographe taillée dans la pierre, à moins qu’il ne s’agisse de latin tardif, l’exprime simplement : Deus Charitas est. En Dieu, les gestes d’amour ont saveur d’éternité. Celui qui aime, dit quelque part saint Jean, est né de Dieu !

Il est tant de gestes, de paroles, de restau aussi, qui viennent du coeur et [re-] tissent des liens. Qui donnent au présent un goût d’éternité ! 

nevers

Le fronton de la maison des soeurs de la Charité de Nevers, où vécut Bernadette

 

grotte-de-n-d-de-lourdes-a-nevers

La Grotte de Lourdes à Nevers, qui relie on le comprend l'un et l'autre lieu où vécut Bernadette

Lourdes via Nevers et invitation !

Dimanche, janvier 25th, 2009

Ce week-end, quelques heures à Nevers, avec près de 250 personnes venues de toute la France préparer le prochain Pèlerinage National à Lourdes (11-16 août 2008). Il sera présidé par l’évêque de Nevers, Mgr Deniau. C’est à Nevers que Bernadette Soubirous, quelque 8 ans après les apparitions, se ‘retira’. Façon de parler d’ailleurs. Car elle poursuivait en fait le chemin intérieur et celui de toute sa vie. Et en cette année, qui suit l’année jubilaire des 150 ans des apparitions de Lourdes, c’est-à-dire des apparitions de la Vierge à Bernadette, les pèlerins sont appelés au chemin intérieur, qui les conduit eux aussi sur le sillon le plus profond de leur vie, et d’une rencontre chaque fois unique de Dieu. A la façon du chemin qu’un jour Bernadette prit de Lourdes à Nevers.

Cette note dans le blog vaut invitation à tous pour ces journées du coeur de l’été, qu’ici j’évoque de quelques images prises le 15 août dernier à Lourdes, entre pluie, arc-en-ciel et soleil.

Lourdes au petit matin du 15 août 2008

Lourdes au petit matin du 15 août 2008

Lourdes 15 août 2008

Lourdes 15 août 2008

Lourdes aux couleurs du Pèlerinage National - août 2008

Lourdes aux couleurs du Pèlerinage National - août 2008