Retours de pèlerinage…

Lorsque le pèlerin revient, il n’est jamais pareil. Tout semble s’être reconfiguré en lui. Et ce n’est pas qu’un vague sentiment : c’est une réalité. Le pèlerin est autre. Ce qu’il a vu s’est inscrit en lui : les réalités humaines et cette part du mystère de la foi qu’il a redécouverte. Un pèlerinage est incarnation. Ce que le pèlerin a vu est devenu en lui éveil. Et la parole entendue trouve en lui un écho nouveau.

Ainsi de retour lit-on la Bible avec les grains de sable du chemin parcouru… du chemin intérieur surtout. Le pèlerinage est lieu d’incarnation, et les réalités huamines rencontrées, le mystère de la foi, ont pris en lui bouture. Oui, le pèlerinage est éveil. Le pèlerin s’est exposé à la rencontre, à l’écoute, à Dieu. Il poursuit désormais le chemin avec ce soleil intérieur, qui ne lui épargnera pas les rigueurs des chemins à venir, mais transformera le chemin.

Le pèlerin est autre. Il est des pèlerinages au long cours. Il en est que l’on fait apparemment sans avoir bougé ou voyagé. Mais les ermites le savent : même sans partir au loin, on a pu partir très loin, en terres intérieures… Dieu se laisse rencontrer par le voyageur… aux voyages intérieurs.

09/05/2009

Une Réponse pour “Retours de pèlerinage…”

  1. Redigé par Reprendre le chemin | Pèlerins et nomades:

    [...] Reprendre le chemin, tout autre. Tel est aussi le chemin du pèlerin. La route qu’il a faite est chemin intérieur, à pousuivre… Chemin de Dieu. [...]