3,4 milliards d’années… le long chemin

Je me suis laissé impressionner, sans effort, et presque malgré moi, par une nouvelle lue ce week-end : sur des images satellites, des chercheurs américains sont parvenus à reconnaître l’empreinte d’un ancien lac sur la planète Mars. Une immense étendue d’eau aujourd’hui asséchée, au fond d’un canyon. Une trace qui renvoie à 3,4 milliards d’années, à une époque où la planète rouge, encore chaude et humide, abritait peut-être la vie.

« Le silence de ces espaces infinis m’effraie », disait Pascal… Je partage son point de vue ou sa fascination devant ces durées et ces espaces sidérants, qui sont le long chemin aussi de notre humanité. La fête de la musique hier en trouvait peut-être – très inégalement selon les lieux – des échos ou des répliques. Le chemin d’humanité est long. L’actualité nous le redit. Car c’est aussi la parole qui constitue l’homme. Comment concevoir les lieux où on la fait taire. Où on la réprime….?

22/06/2009

Comments are closed.