Lueurs

Lueur, pour qui demeure éveillé et cherche chaleur peut-être. Lueur de nuit, ou de jour, peut-être d’un jour venu d’ailleurs, celui qui hante le chercheur en chemin de sources ou d’infini.

Pensée pour les mages en chemin. On les imagine si bien – crèches d’antan à la mémoire – sur sable doux et fin, dans les déserts d’Orient ou d’ailleurs, ceux qui hantent notre imagination et qu’a marchés pour nous Théodore Monod (photos trouvées ici).

Mais idée fugitive : et si les mages entreprenaient leur marche à l’étoile aujourd’hui !… Ils marcheraient comme l’infatigable du désert et des méharées infinies. Ou bien marcheraient dans nos rues, peut-être errants. Ou bien iraient-ils par toute voie possible : dans les airs, par la mer, par toutes les voies d’infini…

Et si les mages c’était nous ?

 

23/12/2009

Comments are closed.