Rumeurs du monde

Oui, le coeur est encore plein de chants de bergers et aussi d’enfants, de chants de la joie de Noël… Et aussi de ces Noël d’antan, qui disaient comme inlassablement l’émerveillement de l’homme quand Dieu entre et vient prendre demeure chez lui, en terre humaine. Mais la terre humaine, très humaine, poursuit sa course, souvent infirme, rude, incertaine. Et l’on entend succéder aux chants des bergers les cris sourds d’un monde en gestation lourde, douloureuse, et en enfantement qui ne finit pas. Cris et heurts en langue persane, là-bas, à Téhéran, où la liberté crie et souffre de naissance si improbable ou si longue. Cris et froid à Gaza, un an après ce qui a labouré la terre et les êtres, sans croissance de liberté, sans bonheur, sans horizon. La mort cotoie la naissance de si près. D’ailleurs le calendrier que donne l’Eglise le sait et le dit, fêtant au lendemain de Noël et de la Nativité, la fête des « Saints innocents ». Non pas « aux innocents les mains pleines » ! Ici, il s’agit de leur mort, sous Hérode, qui est de tous les âges où pouvoir ou argent sont jetés dans le même pétrin, ou plongent quiconque dans cela, le pétrin inextricable.

Superposition

Les nouvelles des journaux ne marquent pas la trêve, ni en amont d’eux, la vie du monde. Rome et la jeune femme italo-suisse qui enjambe les palissades par égarement. Bien sûr, ceux qui voient simple et vite disent qu’il « suffit » de plus de sécurité. Mais fait-elle vivre ? Et peut-on vivre réellement en asepsie ? Et les lieux s’égrènent encore, litanie humaine de nativité rude : Naplouse, Le Caire, Détroit, Yemen…

Une pensée plus sereine pour Yves Rocher, l’inventeur de la « cosmétique végétale ». Curieux : ma mère l’a connu quand la guerre faisait fuir les maisons et les régions et rapprochait les gens, que l’infortune faisait fraterniser, sous le même toit. Et de cette fraternité, on vit pour toujours. Hommage à lui, l’homme de la cosmétique végétale qui savait aussi la fraternité… bouffée de douceur quand l’hiver marque le regain.

28/12/2009

Comments are closed.