Parfois, marche entre deux

Ces petits matins de pleine montagne m’impressionnent toujours, ce mélange de clarté et de brume qui semblent s’affronter sans heurt et pourtant vivement, avant que ne s’établisse le plein jour. Et j’imagine sans peine qu’il en est de même dans la vie quotidienne de chacun : parfois il faut marcher entre deux, parce qu’on n’a pas le choix, le temps ou les soucis le disputent à la clarté, qui pourtant couve en braise… La vie a ses météos, comme le ciel ; et ses clartés aussi, comme le ciel, à ne pas perdre de vue…

13/03/2010

Comments are closed.