Chelem ou… schelem ?

Une observation de tlse à ma note d’hier me met utilement en alerte. Je vérifie en effet le mot chelem sur le dictionnaire et voit que l’on peut écrire « chelem » ou « schelem ». Il me faudra consulter un dictionnaire plus détaillé, car le mien précise « n.m. 1773 ; angl. slam, ‘écrasement’… », ce que confirme un très ancien dictionnaire  étymologique, le seul que j’aie sous la main, et qui parle d’altération de l’anglais slam, proprement « écrasement ». De fait, cela prend sens, même si c’est plus prosaïque que je ne l’aurais souhaité, et renvoie à une image plus brutale… J’avais (trop) spontanément (mais merci à tlse de l’observation, qui me corrige utilement) toujours pensé à une racine hébraïque et plus largement sémitique, comme je l’indiquais dans ma note, reliant le mot à shalom (d’où l’orthographe que j’utilisais), image avant tout de plénitude, de comblement, ce que je croyais observer dans la notion de « grand schelem ». Il me faut donc revenir à des pensées plus… terre à terre et penser écrasement. Je fais donc amende honorable face à ce plaquage (ou placage, les deux sont possibles) orthographique qui rectifie (à ma déception !) ce que je pensais…

Mais je pense aussi ce soir au très petit chelem remporté par Obama sur l’assurance maladie aux Etats Unis, mais chelem quand même, qui à quelques voix utiles près, ouvre une voie d’espérance à de très nombreuses personnes et foyers pauvres des Etats Unis, qui trouvent ainsi un système de protection sociale plus qu’utile. J’y vois un signe d’espérance après des débats longs et qui auraient pu faire penser que cette réforme ne « passerait » pas. Je me prends à rêver aussi de paix pour le Proche-Orient, puisqu’elle est aussi discutée au même endroit…

Nuit sans étoiles, du moins en ville où les lumières urbaines parasitent le regard sur le ciel. Mais je repense à ces nouvelles venues de loin… La constellation semble s’éveiller. Bonne nuit ! Qu’elle soit belle !

22/03/2010

2 Réponses pour “Chelem ou… schelem ?”

  1. Redigé par MARILYNIC:

    C’est vrai, le rugby toulousain est très chelem, et lorsque l’on regarde un match, particulièrement une mélée, on comprend parfaitement le terme « écrasement » !
    Je n’aurais pas employé le même mot pour Obama, vu les 4 ou 5 voix qui lui ont permis de gagner. Mais quelle chance pour tous les prochains bénéficiaires de cette protection sociale, croisons les doigts pour que celà fonctionne.
    C’est bientôt Pâques, il faut un « sacré » coup de main des 3 « Père, Fils et Saint Esprit » pour un apaisement à Jérusalem et en Palestine. Là, il y a un trés vieux contentieux, et souhaitons que ce ne soit pas un grand chelem !
    Marilynic

  2. Redigé par tlse:

    Désolée que cette remarque ait entamé votre façon de voir l’origine du mot chelem qui n’a donc rien de sémitique, je ne pensais pas que cela engendrerait un tel article.
    Bonne montée vers Pâques pour le chelem sur la mort.