A la bonne vôtre !

Curieux cette mode qui fleurit un peu partout et semble faire… tâche d’huile si l’on ose dire : cette vague d’ « apéros géants ». Facebook et autres réseaux créent le lien en un instant, et en quelques heures tous accourent, gobelet à la main et bouteille, et envie de fête. Besoin de rencontre à forte teneur en… rencontre, et à fort… degré de combustion, et quelques débordements. Soif à l’évidence. Mais soif de quoi exactement ? Je me demande. Car le phénomène dit bien quelque chose, de débordant, peut-être d’éphémère, sûrement, mais soif de quelque chose au plus profond. Alors la vague prend, très vite, et retombe aussi. Mongolfières d’espérance…

Et à l’instant j’entends à la radio cette phrase, volée au passage d’un reportage : « Le poète est celui qui inspire et non pas celui qui est inspiré ». Je le crois, et c’est fort, d’inverser ainsi ce que l’on pensait, qui était probablement vrai, et qui le devient plus encore… Besoin de penser, de rêver. Besoin de se fonder aussi, sur des paroles qui donnent à vivre, paroles fortes.

Au lendemain de Pâques, je repense à toutes ces paroles entendues dans la nuit, jeudi, vendredi, et encore samedi, et dans la clarté de Pâques. Des paroles de lueur, d’aurore, qui disent le jour naissant, qui éveille la vie, qui éveille chaque être, lueur de Pâques.

Samedi vient, et dimanche, le temps de la pause, d’une aération, de penser… Inspiration.

09/04/2010

2 Réponses pour “A la bonne vôtre !”

  1. Redigé par MARILYNIC:

    L’importance de la rencontre, un verre à la main ! Je me souviens que lorsque nous avions une vingtaine d’années, nous, les jeunes, avions pris l’engagement de nous retrouver à Lourdes, le jour du 15 août, à midi, à l’heure de l’apéro. Peu importe, si nous ne pouvions faire le Pélé National, mais être présent ce jour là. Certains ont tenu parole, nous nous sommes retrouvés régulièrement, nous parlions de notre vie de l’année et échangions des nouvelles des absents. Maintenant, ce sont nos enfants qui prennent le relais. Et nous, nous avons oublié le pot le 15/08 à midi ? Notre montgolfière a atterri ?
    Marilynic

  2. Redigé par jacques:

    C’est vrai… Ces « petits » apéros étaient géants. Et faisaient le lien, le tissage à mailles parfois lâches, parfois serrées, d’une année… La mongolfière volait donc loin. Aterrie cette mongolfière ? Pas sûr !…