We have a dream !

Nous sommes à quelques heures de l’investiture d’Obama. Le monde entier, vu d’ici en tout cas, retient son souffle, ou aimerait le poser sur l’air de la chanson, d’amour ou d’espoir. Sa jeunesse, sa couleur de peau, les gestes symboliques qu’il – Obama – a posés ne serait-ce que durant ces quelques dernières heures, le voyage en train, la proximité évidente – et entretenue – avec Martin Luther King Jr, dont la famille sera au plus près de lui pendant la cérémonie d’investiture, tout porte à l’enthousiasme. Mais en même temps, on sait que dès cet instant extraordinaire, tout commence, et l’espoir doit être mis en musique, le projet doit devenir des actes. J’entendais hier sur une radio, un peu à la volée : « Les campagnes électorales s’écrivent en poésie, mais l’exercice du pouvoir s’écrit en prose ». Une phrase d’Hillary Clinton. Je comprends bien ce que peut signifier une telle phrase, mais on aimerait quand même que le réalisme ne l’emporte pas trop sur le rêve. On aimerait que celui-ci demeure intact, que le rêve ne s’ébrèche pas.

Obama a dit et tous ont répété, sur plusieurs continents et comme en écho d’approbation : « Yes, we can » – « Oui, nous le pouvons ». Maintenant donc il faut le faire.Et le littéraire, le poète aussi réagit. Poème et poésie ne sont qu’un même mot, dont l’étymologie est extrêmement porteuse. C’est en grec le verbe poiein, faire. Le poète crée, façonne, fabrique. Pourquoi faudrait-il passer à la prose au terme de la campagne électorale ?

Oui, Obama, « We have dream ». Nous avons un rêve. Il faudra peut-être qu’on t’aide à le faire ! Cette investiture est un début, page blanche sur un cahier qui n’est pas vierge. Mais une page blanche. Pour une écriture neuve et une encre encore plus belle. Le monde a besoin de poètes. Oui, Obama en poème plutôt qu’en prose !

20/01/2009

2 Réponses pour “We have a dream !”

  1. Redigé par caldichoury:

    Je
    découvre et j’aime beaucoup WE HAVE A DREAM !!Une autre façon d’écrire ;je vais aller voir un peu plus

  2. Redigé par Le souffle de l’histoire | Pèlerins et nomades:

    [...] pendant les primaires démocrates. Des mots que je reproduis ici, comme un long poème, de ces poèmes qui créent du neuf et façonnent le monde, façonnent des esprits et donnent forme à [...]