Sur la Bible de Lincoln

Hier tandis qu’il était 18h00 en France, Barack Obama a prêté serment à Wahington. Sur la bible de Abraham Lincoln, prédecesseur illustre, l’un des présidents favoris des américains. C’est lui qui mit fin à l’esclavage aux Etats Unis.

L’adoption du 13 ème amendement de la Constitution des Etats-Unis intervint le 18 décembre 1865… un peu plus de 6 mois après sa mort, assassiné en avril 1865, à la fin d’une guerre de Sécession qui fut meurtrière. Il avait tenu ferme le parti de garder les  Etats-Unis de la division, et ne s’était pas fait que des amis.

Les mots de Lincoln quelques jours avant étaient forts. Ainsi le 4 mars 1865 : « Sans haine contre personne, avec de la charité envers tous, avec une ferme confiance dans la justice, car Dieu nous permet de reconnaître ce qui est juste, finissons le travail que nous avons commencé [...]. Faire tout notre possible pour réaliser et aimer une paix juste et durable ».

Sans honte, ces hommes comptent sur le ciel quand il faut que le soc de la charrue aille profond, et parfois en terre gelée. Obama a une feuille de route très rude, les deux pieds sur terre et la tête un peu au ciel. C’est ainsi que font les gens de « vision » comme on le dit en anglais. Des gens qui voient loin et beaucoup plus large que l’ordinaire.

Hier le journal La Croix, qui avait comme aujourd’hui de magnifiques pages, en attendant dans quelques heures un Pèlerin magnifique et en images, traçait le portrait du pasteur Joseph Lowery, pasteur méthodiste à qui Obama a confié la bénédiction qui devait conclure la cérémonie d’investiture. Né en 1924, il milita très activement pour la fin de la ségrégation dans les bus et espaces publics. Il travailla aussi avec Martin Luther King, enraciné dans l’option de non-violence. Emprisonné plusieurs fois, puis réhabilité. Il a raconté avoir prié pour que le pays élise un jour un président noir. « Mais je n’ai jamais pensé que je vivrais pour le voir » a-t-il affirmé. Il est des jours où le ciel écoute la terre attentivement, ensemençant les efforts des hommes.

Je vous souhaite de ces jours-là.

21/01/2009

Comments are closed.