Ciels de novembre

[imagebrowser id=11]

Comme vous sûrement, je suis allé marcher et me recueillir, dans le cimetière doucement ensoleillé en ce début novembre, où se trouvent ceux que j’aime et qui sont partis, passant le point fini du regard pour l’infini de Dieu. Nous échangeons souvent encore, mais autrement. Ainsi mes pensées sont allées aussi, dans ce cimetière, tandis qu’au rythme lent de celui qui marche peut-être tout à la fois à fleur de terre et à fleur de ciel, je regardais les noms, les dates, impressionné quand elles sont courtes ou renvoient à des visages et des êtres connus et proches.

La lumière d’automne était si douce, que j’aurais voulu en apporter ici, mais la technique est rebelle. Tant mieux peut-être ? 

Et novembre poursuit son cours. Nous sommes à la nouvelle heure, dans tous les sens du terme. Entrés un peu plus dans l’automne, ou l’été bientôt, de la Saint-Martin. Un mois doucement grave, un mois d’entre deux : entre la rentrée et la proximité en décembre, de Noël. Autres couleurs alors, du coeur et de tout.

Mais dans la grisaille, et après les marches récentes, nombreuses, brûlantes, c’est le rouge tutélaire de l’Extrême-Orient, couleur du bonheur là-bas, et voilà à grand bruit la Chine à nos portes et dans les avenues. Amitié entre les peuples, chiffres – élevés - de coopérations sur différents chantiers et contrats. Le contrat d’amitié veut semble-t-il que l’on se parle des choses bonnes à échanger, se taisant sur les autres. Amitié entre les peuples, qui n’est pas rien, mais où l’on ne sait si l’on attrappe le tournis pour un temps. Tout brille un moment, d’exception, et l’on se prend à espérer… A espérer en fait, que tous puissent espérer aussi.

Beaux chemins d’automne, aux feuilles mortes dorées et aux couleurs de splendeur.

05/11/2010

Comments are closed.