Avec nos mains calleuses…

Il paraît que Barack Obama a dû redire les paroles du serment, sur lesquelles on avait bien remarqué que le juge de la Cour suprême s’était un peu mélangé les mots, tandis que Barack Obama les savait… par coeur ! Il a donc fallu les redire, dans le bon ordre. Les mots bien dits, ceux qui sont très proches de la vie, la portent, la guident doucement plus loin.

C’est pour cela que plusieurs des discours de Barack Obama valent d’être ré-entendus, quand on voit jusqu’où déjà ils ont mené, et en priant le ciel qu’ils continuent leur course fondatrice.

Il y avait eu l’évocation de la Terre promise, à Nashua le 8 janvier 2008, en même temps qu’était rappelée la magnifique figure de Martin Luther King. Et quelques mois plus tard, c’était donc la suite, pas contradictoire du tout. Le 4 novembre 2008, à Chicago, juste après la victoire d’Obama aux élections américaines, il disait en effet :

« [...] Il a fallu longtemps. Mais ce soir, grâce à ce que nous avons accompli aujourd’hui et pendant cette élection, en ce moment historique, le changement est arrivé en Amérique [...].

La route sera longue. Le chemin sera escarpé [...]. Il y aura des revers et des faux départs [...]. Mais je serai toujours honnête avec vous quant aux défis auxquels nous sommes confrontés. Je vous écouterai, particulièrement lorsque nous serons en désaccord. Et par-dessus tout, je vous demanderai de me rejoindre pour reconstruire cette nation de la seule manière possible en Amérique depuis 221 ans : bloc par bloc, brique par brique, avec nos mains calleuses. »

23/01/2009

Comments are closed.