Nevers

Ce week-end, j’étais à Nevers. Plus au sud, c’était une lourde tempête. La nature est forte, très ou trop forte parfois. Mais la solidarité des hommes peut l’être aussi, nous le voyons. A Nevers, il en était question. Le mot Hospitalité y revenait au fil du chemin et du travail. Il prenait souvent un sens technique, désignant un ensemble de personnes qui se rendent disponibles aux autres et en particulier aux personnes malades, à Lourdes et partout. Mais le mot sonne toujours comme cette ouverture, cet accueil à la fois reçu et donné, ou pour être plus précis, tantôt donné, tantôt reçu, dans la vie de quiconque, de tous.

Ce sont ces gestes simples, qui quand s’abat la tempête aussi bien que par temps calme, tissent et retissent les liens. Et donnent au présent souvent un étonnant goût d’éternité.

 Le fronton de la maison des soeurs de Nevers, avec une magnifique faute d’orthographe taillée dans la pierre, à moins qu’il ne s’agisse de latin tardif, l’exprime simplement : Deus Charitas est. En Dieu, les gestes d’amour ont saveur d’éternité. Celui qui aime, dit quelque part saint Jean, est né de Dieu !

Il est tant de gestes, de paroles, de restau aussi, qui viennent du coeur et [re-] tissent des liens. Qui donnent au présent un goût d’éternité ! 

nevers

Le fronton de la maison des soeurs de la Charité de Nevers, où vécut Bernadette

 

grotte-de-n-d-de-lourdes-a-nevers

La Grotte de Lourdes à Nevers, qui relie on le comprend l'un et l'autre lieu où vécut Bernadette

26/01/2009

Comments are closed.