En plein hiver, les chiffres qui glacent !

En cette période, les sujets de bonheur ou de  joie sont multiples. Les autres aussi. Avec beaucoup, je partage la joie de l’équipe de France de hand ball, qui vient de pulvériser l’obstacle et de se qualifier, 24-19 contre la Croatie, remportant, 5 mois après la médaille d’or olympique, un troisième titre mondial masculin (après ceux de 1995 et 2001, et celui du championnat d’Europe en 2006). Magnifique équipe des Bleus, habillés en blanc ce dimanche. Oui, toujours les couleurs ! Et ce dimanche, je parlais aussi du Vendée-Globe. Je ne finis pas d’admirer ces hommes… et femme qui traversent ainsi seuls les mers. Et je le confiais aussi, j’ai aussi feuilleté avec bonheur le dernier n° de Pèlerin. Beaucoup de français sont (très) solidaires.

Mais radios et journaux tirent aujourd’hui une sonnette d’alarme. Alerte orange… foncé. Pas seulement pour la météo. Ils nous parlent de ceux qui traversent aussi l’hiver en solitaires et sans provisions. Et ces chiffres donnent froid dans le dos. Un million de personnes en France sont sans logement personnel. 100 000 sont sans domicile, selon des chiffres de 2001 que l’actualité récente ne parvient pas à démentir. Et en 2005, la Fondation Abbé Pierre estimait à 150 000 le nombre de personnes hébergés chez des tiers dans des conditions difficiles, mais elle remonte aujourd’hui au créneau, avec calme et détermination. Le combat du logement est un combat premier. Pour preuve s’il en fallait une par les chiffres, la moyenne des français laisse dans le logement 25% de ses revenus ! Et la Fondation estime (chiffres entendus ce matin de l’un de ses responsables sur une radio) à 3,5 millions le nombre des mal-logés. La Croix consacre aussi aujourd’hui deux pages à la question, rappelant la vulnérabilité des personnes âgées en la matière.

Ainsi ceux qui courent les mers ne sont pas les seuls à faire la traversée sans escale et sans assistance. Cela m’émeut, n’enlevant pas un gramme à mon admiration pour eux. Mais ainsi, ils ne sont pas les seuls à traverser l’épreuve.

03/02/2009

5 Réponses pour “En plein hiver, les chiffres qui glacent !”

  1. Redigé par ROTTY Etienne:

    Des chiffres qui glacent .
    Ils n’ont pas fini de vous glacer si vous continuez de soutenir un modèle social mensongé et aussi injuste qui est le nôtre .
    Nos organismes sociaux sont financés par des cotisations calculées en fonction des salaires de ceux qui travaillent . Mais ce ne sont pas les salariés qui les paient . Elles sont prélevées sur la richesse qu’ils produisent . Hors ,grâce au progrès , il nous faut de moins en moins de monde pour produire cette richesse , ce qui veut dire que si je remplace mes ouvriers par des robots , je n’ai plus de travailleurs pour pouvoir calculer les cotisations , et par voie de conséquence , il n’y a plus de cotisations , et par voie de conséquence , plus personnes n’est payé . Ni les travaillleurs,ni les retraités , ni les chômeurs , ni les malades . Alors que je produis toujours autant de richesse
    Si vous continuez de penser que ce système est le meilleur qui soit , il ne faut pas s’étonner du résultat

  2. Redigé par Marie 53:

    Monsieur Rotty Etienne,

    Pourriez-vous, s’il vous plait, me citer la ou les phrases où, dans son billet ci-dessus, Jacques dit soutenir le modèle social actuel en France et où il dit que ce système est le meilleur qui soit ???
    Moi, je n’en vois pas…
    Au contraire, il parle des conséquences du système ( et non du modèle) actuel, provoquant des épreuves à traverser pour certains…et qui sont plutôt des « galères »…autres que celles des bateaux du Vendée-Globe.
    Ce qui me glace, c’est votre jugement peut-être un peu trop rapide autant sur l’auteur du billet que sur le contenu du billet lui-même…
    Mais, je comprends aussi que le problème du paiement des cotisations sociales dont vous parlez entrainent les conséquences dont parle Jacques et que ce n’est pas facile à vivre pour vous. (dans votre entreprise ? ).
    Par contre, n’avez-vous pas les moyens de partager une partie des richesses que vous produisez pour aider les plus pauvres ? (Ce que je dis est peut-être utopique mais…)
    Ce dialogue est un partage en toute amitié,
    Marie 53.

  3. Redigé par ROTTY Etienne:

    Chère Marie
    Je ne sais pas si Jacques soutient notre système social actuel mais je constate que c’est tout le monde qui approuve et soutient ce système . Ce n’est pas Jacques que j’accuse mais la société toute entière .
    Prenons par exemple notre système de retraite par répartition.
    Tout le monde , absolument tout le monde dit :
    Ce sont ceux qui travaillent aujourd’hui qui cotisent pour payer ceux qui ne travaillent plus . C’est la solidarité entre les générations .
    Ce qui est totalement faux.
    Por pouvoir cotiser , il faut d’abord avoir perçu un salaire . Ce salaire est payé par l’employeur qui en prélève le montant sr la richesse produite par l’entreprise . en réalité , c’est l’entreprise qui paye , c’est l’entreprise qui cotise .
    Si je remplace mes ouvriers par des robots , comme le progrès me le permet et m’y engage ,et même m’y oblige à cause de la concurence, il n’y a plus de travailleur pour pouvoir calculer les cotisations et par voie de conséquence , les retraites ne sont plus financées alors qe je produis toujours autant de richessse Toutes ces personnes et toutes ces ch

  4. Redigé par Marie 53:

    Cher Etienne, (si je peux me permettre…)

    Dommage, votre dernier message n’est pas passé jusqu’à la fin.

    Mais je réitère ma question :
    Je ne sais pas ce que vous produisez, mais, dans la « bataille » à la production à tout prix, si vous récupérez des richesses non redistribuées dans les cotisations sociales, n’y a-t-il pas moyen de partager ou de redistribuer ces richesses vers des organismes qui aident les plus démunis ?
    Suggestion que je vous propose – et n’impose surtout pas – mais qui pourrait servir.

    Heureusement que ce n’est pas Jacques que vous accusez mais, pour moi, la précision aurait été nécessaire vu que celui qui écrit sur ce blog est Jacques.

    ça n’est pas non plus la mentalité des Assmoptionnistes, dont fait partie Jacques.
    Connaissant un petit peu (!!!) les Assomptionnistes, je les voit mal défendre le système social actuel. Ce n’est pas la façon de penser du P. Emmanuel d’Alzon leur fondateur, de Saint Augustin dont ils suivent la règle et de l’Evangile dont ils vivent…
    Jacques ayant choisi de vivre dans cet ordre religieux, je ne pense pas qu’il aille dans le sens contraire. (Tu me corrigeras,Jacques, si je me trompe…)
    Ceci dit, le système social a peut-être du bon quelque part mais nous avons du mal à le voir vu la dégringolade actuelle visible partout.
    Pas toujours facile à vivre…

    Amicalement,
    Marie 53

  5. Redigé par ROTTY Etienne:

    Chère Marie,
    La justice sociale dans une société ne doit pas être laissée au hazard de la générosité de quelques industriels qui voudraient bien partager leurs bénéfices . Il faut un règlement général qui organise le partage de la richesse produite par tous .
    Si je fabrique des scoubidous et que l’on me propose une machine qui les fabrique toute seule , pourquoi et comment pourrais-je la refuser ?. Selon notre organisation actuelle que je condamne avec force et conviction ,(et que pourtant,à gauche comme à droite , tout le monde approuve ) je vais économiser, non seulement les salaires mais aussi les charges sociales correspondantes. Il est évident que notre système social actuel n’est pas bon . Il n’est pas bon parce que les cotisations sont calculées en fonction des ouvriers alors qu’elles devraient être calculées en fonction de la richesse produite par l’entreprise
    Je vous invite à relire l’encyclique de Benoît XVI « Dieu est amour  »
    Le St Père écrit : A l’intérieur de la communauté des croyants,il ne doit pas exister une forme de pauvreté telle que soit refusés à certains les biens nécessaires à une vie digne
    L’ordre juste de la société et de l’état est le devoir essentiel du politique . Un état qui ne serait pas dirigé selon la justice se réduirait à une grande bande de vauriens.
    Le devoir immédiat d’agir pour un ordre juste dans la société est le propre des fidèles laïcs . En tant que citoyens de l’état ,ils sont appelés à participer personnellement à la vie publique etc …
    Tout un programme !
    Je suis très heureux de partager ces idées sur cette solidarité,essentielle à léquilibre de la société . Nous sommes restés sur un système archaïque mis en place au lendemain de la guerre il y a plus d’un demi siècle . Il était bon à l’époque , tout était cassé,c’était le plein emploi et le travail était essentiellement manuel .Les temps ont changés, il faut changer de système .

    Très amicalement , Etienne