Braise et cendre… et le pain de la marche

Mercredi des Cendres et retour du carême. Montagnards et marcheurs, navigateurs ou sportifs, et tant d’autres, connaissent ces temps de préparation avant l’événement attendu de tout leur être. Et pour le coup ici, abordant donc le carême, la préparation est essentielle, ligne fine à suivre pour que la vie tout entière passe à la clarté de Pâques. Temps de l’apprentissage, comme à nouveau, du goût de la Parole et de l’essentiel. Suivre le chemin d’Elie jusqu’à la montagne sainte où, passé le fracas des éléments, il entend une voix de fin silence, qui orientera sa vie (Premier livre des Rois, chapitre 19). Retrouver le goût de la Parole et du pain, de la simplicité, de l’essentiel, laisser notre vie reprendre au sens le plus fort son orient, la source qui la fonde.

Le chrétien aujourd’hui reçoit les cendres. Geste très ancien, venu des temps les plus profonds de la bible. Sous la cendre, retrouver la braise de Dieu et la laisser prendre.

Des voix de prophètes appellent au coeur de ce silence, ils laissent entendre puissamment la voix de Dieu : « Revenez à moi de tout votre coeur, déchirez vos coeurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour…». Oui, « c’est maintenant le moment favorable, confirme Paul. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu. » (Prophète Joël et l’apôtre Paul aux Corinthiens).

Quarante jours donc, pour reprendre souffle et retrouver le goût de la Rencontre, unique, qui fonde nos vies.

couv-panorama-a-reyes

Alina Reyes parle magnifiquement de ce temps dans Panorama ce mois-ci, en un long entretien : « Je vais vivre mon premier carême ! ». A lire, ou à retrouver sous une autre forme ici, ou ici.

25/02/2009

Comments are closed.