Mesures d’infini

Ainsi de temps à autre le regard saisit une mesure d’infini, infiniment plus grande qu’une mesure de musique, et pourtant en connivence étrange, tant la musique est grande et belle. Comme les anneaux d’infini à l’entour de notre planète ou des autres, de notre immense galaxie, répliques d’autres anneaux encore, d’infiniment grand aussi bien que d’infiniment petit. Le mot de Pascal me revient souvent, mais sans frayeur aucune, mouvement plutôt de contemplation profonde : « Le silence de ces espaces infinis m’effraie ». Beauté infinie !

Ces quelques notes, du pays où naissent les notes en reflets immenses, juste pour la contemplation, la beauté. Bon dimanche !

08/03/2009

Comments are closed.