Tristesse du Brésil

Tristesse profonde aujourd’hui, de ce que l’actualité apporte du Brésil : cette vie de fillette brisée et piétinée, à Récife, qu’aujourd’hui chacun regarde avec émotion et au fond du coeur amertume et révolte. Qui fait aussi penser à tant d’autres dont la vie et l’enfance sont piétinées anonymement de même. Tristesse profonde de l’absence totale de considération minimale et de tendresse dans la parole que l’Eglise adresse en réponse, excommuniant… encore. Absence de parole en fait, puisqu’aucune parole n’est adressée à la souffrance et aux personnes qui la vivent, voire tentent de s’y affronter et au mieux ou au moins mal de la soulager. Parole dure, qui submerge la situation laissant intégrale la détresse.

Tristesse que la voix de l’Eglise et sa parole ne parviennent plus à articluler avec limpidité et force un message de miséricorde au sens le plus fort [en grec et en hébreu = pris aux entrailles] et de tendresse.

Souhait que l’Eglise, comme Jésus l’a fait aussi, dans le silence, écrive sur le sable, longuement… Le sable est friable, comme le coeur des hommes. Comme les paroles que parfois disent les hommes, sûrs d’eux, adossés de trop près à la loi. Le temps de l’écriture sur le sable est le temps dans l’évangile évoqué ici, de la conversion des pensées, des coeurs, de la haine, de la radicalité contre autrui au nom de la Loi. La loi ne casse pas, elle est un guide, un chemin, une voie. Penser que la loi est là pour chatier est une étroitesse totale et d’une tristesse infinie. Torah dit l’hébreu : la loi est chemin de vie.

Des réactions à lire, en particulier ici et également  ici.

09/03/2009

6 Réponses pour “Tristesse du Brésil”

  1. Redigé par vigeant gilbert:

    merci Jacques ; merci aussi à Dominique QUINIO. Ces décisions, c’est cela être pharisien?

  2. Redigé par Gérard SONNET:

    Merci pour ces paroles réconfortantes, tout comme beaucoup de celles lues aujourd’hui dans LA CROIX (Mgr d’ORNELLAS, en outre, …) Lisant cette condamnation, j’ai été proprement horrifié et me suis écrié : AU SECOURS, Seigneur, ils sont devenus fous !
    Ces prélats sont-ils à ce point obsédés par « le règlement » de l’institution qu’ils aient « oublié » le message de l’Evangile ? Ce n’est plus de l’Eglise – corps du Christ – qu’il est question, mais d’une organisation à préserver dans laquelle on ne peut se reconnaître.
    Je veux bien croire qu’ils sont « coupés du monde » dans cette ambiance vaticane qui semble tourner sur elle-même. Mais ont-ils jamais eu des soucis de pastorale ?
    Par ailleurs, je ferais beaucoup plus confiance aux femmes pour s’exprimer sur ces atroces situations qu’à de vieux célibataires, de surcroît, retirés du monde (Cf. D. QUINIO et certaines réactions très hostiles qui lui sont adressées).

  3. Redigé par enitram:

    oui merci Jacques, merci la Croix pour toutes ces paroles de reconfort dans cette tempête qui frappe notre Eglise! on dirait que les élèments se déchainent! et encore, les médias nationaux n’ont pas parlé (et Dieu merci, cela aurait encore rajouté à notre souffrance), du cas de ce jeune prêtre du diocèse de Lille qui est en prison depuis un mois pour actes graves de pédophilie via internet. Les animateurs et laics en responsabilité de notre zone pastorale ont décidé face à tous ces évènements douloureux de « prendre ensemble du recul » et de réflêchir et méditer pour affronter plus sereinement ces tempêtes. Un peu un petit tour au désert en somme.

  4. Redigé par jacques:

    Chers amis, merci de vos réactions et réponses. Oui, le parti pris de l’espérance, ou simplement… de l’Evangile. Courage. Amitiés en chemin… JN

  5. Redigé par viry:

    Devant ce déferlement de déclarations, d’arguments en tout genre, de paroles excessives et blessantes que ce soit pour l’évêque brésilien ou pour l’Eglise, le Vatican… il n’y a rien à ajouter mais à prier pour ne pas succomber à la tentation .
    Ce serait faire le jeu du tentateur qui se réjouit de chaque atteinte à la Vie, don de Dieu, et des divisions dans l’Eglise.
    Il nous reste le silence et la prière pour retrouver la paix des cœurs.
    Prions pour toutes ces filles, jeunes filles et femmes violées, et pour leur violeur.
    Prions pour toutes ces personnes dans la misère matérielle ou affective, qu’elles soient sur un autre continent ou tout près de chez nous.
    Prions pour toutes les femmes blessées dans leur cœur de mère par des avortements.
    Prions pour l’Eglise et ses pasteurs, qu’ils ajustent leurs paroles pour le monde tout en rappelant que toute vie est sacrée.
    Prions pour que nos vies soient accueillantes à la Vie comme elle vient, même inattendue ou blessée, et que nos cœurs débordent d’amour et de compassion pour tous ces petits.

    15 mars 2009

  6. Redigé par Bernard:

    Oui, merci, Jacques, pour ce billet ! On souhaiterait, en effet, que quelques évêques, parfois, « écrivent sur le sable, longuement » avant de dire une parole ! Quel gâchis ! Et que dire de ces argumentations lues ici et là ces jours-ci concernant la fiabilité ou non du préservatif ? Pourquoi ne pas se taire plutôt que de dire des inepties ou de passer à côté de l’essentiel ? Où, sous prétexte de défendre l’Eglise, on s’enferme dans une logique sectaire et absurde qui risque de nous rendre totalement inaudibles.