Lumières indicibles du couchant

Veille de Pâques, samedi que les Pères de l’Eglise appelaient le Grand Samedi, celui du silence total de la terre, de l’attente. Lumières seulement ici, lumières indicibles de couchant, en évoquant tant d’autres, souvent de clair-obscur dans la vie des hommes et dans l’Histoire, hier, aujourd’hui…

Il est des jours où l’on pressent l’essentiel, pour soi, pour le monde. Parfois quelque chose de l’essentiel de Dieu.

11/04/2009

Comments are closed.