Invitation à la marche

En présentation de mon blog Lourdes 2008, j’écrivais ceci : « Assomptionniste, j’ai pris le goût de Lourdes assez tôt, dès 1967. Il y a quarante ans. Le goût de la marche aussi, et de façon croissante, de tout ce que représente une marche de pèlerin. Aujourd’hui, je suis directeur de ce pèlerinage, plus que centenaire et toujours jeune… Ce qui m’a donné le goût d’ouvrir ce blog et de vous inviter au voyage. Ou de vous y emmener en pensée, persuadé qu’il y a tant de manières d’être pèlerin. »

Dans ce nouveau blog, je persiste et signe, élargissant l’espace de la marche au nomadisme ordinaire, si ces deux mots peuvent aller ensemble ! Attentif aux chemins multiples et quotidiens des hommes, dans leur beauté, mais aussi leurs inquiétudes et leurs questions. Avec l’envie aussi d’inviter à la marche. Ou à reconnaître en toute marche ou toute attitude parfois très ordinaire, des répliques de la marche, la trace du nomadisme intérieur ! N’est-ce pas celui-là qui nous importe ?

Alors je vous invite à la marche. Avec en présent cette phrase  d’un vieux nomade arpenteur de déserts : « Je ne peux m’empêcher de penser que la foi est une recherche et qu’elle doit nous mettre en partance, faire de nous des marcheurs. [...] Dieu ne se laisse pas toucher facilement. Il faut avoir une âme de nomade pour le trouver… »  (Théodore Monod)

couv-nomades

J’ai placé cette phrase en exergue de ce petit livre que j’ai aimé écrire sur la marche et le pèlerin : Nomades. le petit livre du marcheur et du pèlerin (Bayard, 2008). Elle dit de quelques mots la ligne d’horizon vers laquelle je ne cesse de marcher ou aimerais le faire, persuadé d’y rencontrer Celui dont parle Théodore Monod, et qui est au coeur de ma foi.

Jacques Nieuviarts