Parce que monothéisme et paix sont liés

« Nos différentes traditions religieuses ont chacune un puissant potentiel pour promouvoir une culture de paix » a affirmé hier Benoît XVI à Nazareth, devant les responsables des différentes religions présents. Et on a vu Benoît XVI prendre la main d’un rabbin et d’un imam et les lever vers le ciel dans un même mouvement. Des gestes qui pour le moins ne lui sont pas familiers. Parce que la cause de la paix exige des gestes et un engagement total, qui auront été son souci tout au long de son voyage au proche-Orient. Benoît XVI aura ainsi, du Mont Nébo à Nazareth, en passant par l’Esplanade des mosquée et le Mur du temple, à Jérusalem, et encore à Béthléem et au camp de réfugiés d’Aïda, répété cette conviction que monothéisme et paix sont liés.

Ces paroles et ces gestes de Benoît XVI trouvent un écho dans la déclaration de Shimon Peres hier à l’Osservatore Romano, des mots attendus et dont on espère qu’ils soient suivis… de gestes : « Il faut arrêter les murs. Personne en définitive ne veut des murs, qui ont pour tous un coût très élevé ». Il ajoutait : « l’ensemble du message du pape a été un message positif et pourrait avoir des conséquences importantes » pour la paix au Proche-Orient. Une paix que l’on attend. Shimon Peres a confié aussi au Parisien hier que les relations entre le christianisme et le judaïsme n’ont jamais été aussi bonnes depuis 2000 ans : « je ne dirais pas que tout est parfait, cela ne peut pas l’être, mais c’est la meilleure période que nous ayons jamais connue ».

Rêve de paix. Celle-ci devra retisser tant de liens. Elle est urgente.

15/05/2009

Comments are closed.