Ici tout est prière ou rencontre intérieure

Mardi, juillet 14th, 2009

 

2-mt-st-michel-dans-le-soir

Oiseaux au loin sur le sable encore éclairé au couchant, seulement rapprochés par le téléobjectif. Splendeur de la lumière forte au milieu des ténèbres. Vision pèlerine si fréquente et essentielle.

Splendeur du Mont…

Samedi, juillet 4th, 2009

Car… où que l’on soit, et de partout, le lieu élève. Et ce n’est pas qu’un jeu de mots… malgré la photo !

le-mont-encore

Retour en baie du Mont Saint Michel

Vendredi, juillet 3rd, 2009

C’est l’été. mais le travail se poursuit, nous poursuit quelque peu, me poursuit en tout cas. Rien n’empêche de s’évader par  la pensée, en chemins pèlerins. J’avais promis un retour sur les chemins du Mont Saint Michel. Voici… par différents chemins nomades et finalement, tous pèlerins, quelles que soient les apparences !

Ouverts sur les grands horizons

Samedi, juin 27th, 2009

la-traversee-de-la-baie

Le temps de respirer plus large, de devenir nomade intérieur, pèlerin… des bouts du monde ou de tout soi-même. Ici au mont Saint Michel, où avec vous je reviendrai marcher. Chevaux et marcheurs se rejoignent ou se croisent. Ainsi va le chemin du nomade et du pèlerin, entendant des échos infinis.

Poursuivre la marche

Vendredi, juin 19th, 2009

La marche continue en Iran, une marche de la liberté, revendiquant la justice et un vent de renouveau, d’ouverture, de bonheur. Nous suivons ces marches de près. Elles sont un peu de nous, même si c’est au loin. Le Gabon poursuit aussi sa marche, dans le même désir de liberté. De changement aussi. Nous poursuivons nos marches.

larhange-sur-le-mont          

Je repense en ce début de week-end, à tous les marcheurs du Mont Saint Michel, que je voyais le week-end dernier, pèlerins en ce lieu sur les « Chemins de paradis ». C’est ainsi que l’on nomme les chemins pèlerins vers le Mont. On y lit l’Apocalypse, ou du moins ce livre porte le chemin intérieur… Combat entre le bien et le mal, dans lequel l’archange veille, signe que Dieu lui-même veille… Avec ces mots, je vous souhaite en ce week-end les marches intérieures. Et le passage de Dieu.

le-mont-st-michel

Parti sur les chemins

Mardi, juin 16th, 2009

Absent quelques jours, pèlerin au Mont saint Michel, pris intérieurement dans les marées infinies qui travaillent silencieusement la baie… et le coeur de celui qui passe, ou s’engage et traverse. Marcheurs et pèlerins guettent en effet le reflux silencieux de la mer, pour s’aventurer là où la nature est plus forte que tous, impressionnante. Ils marchent sur le sable souvent encore mouillé et frais, parfois sec, ensoleillé. Ils revivent les traversées infinies de tant de gens de partout. Ils revivent, le savent-ils, celle des Hébreux passant la mer et fuyant les forces redoutables de Pharaon. Traversée intérieure aussi.

Une telle traversée porte en elle-même le signe de la vie, exposée à plus grand qu’elle, friable et fragile, étonnante. Elle porte comme le Mont lui-même et son archange, le signe des combats essentiels, de celui entre bien et mal, et les questions des fins dernières, qui travaillent l’homme.

Des centaines de moines vécurent au fil du temps sur ce Mont et dans la très impressionnante abbaye qui le domine. Des prisonniers aussi y passèrent de très sombres années, quand on vida le monastère de sa force de prière pour remplacer celle-ci par le silence ou les cris. Ils y vécurent – pas difficile du tout à imaginer quand on est dans l’antre de cet édifice prodigieux -, dans des conditions de vie que l’on n’ose imaginer, dans l’humidité et le froid. Le désespoir aussi !

Que l’on ait ou non le pas ou le coeur pèlerin, le monde « tourne » pendant tout ce temps, et la marche ne distrait pas de ce chemin immense de la vie des hommes et des peuples. Pensée immense ici et aujourd’hui même, pour l’Iran. Le rêve de liberté, que plusieurs paient cher, trop cher…

La traversée du Mont, pieds nus…

Samedi, avril 25th, 2009

Pieds nus dans une eau plutôt fraîche, ne serait-ce qu’en raison de la saison, près de deux cents prêtres et évêques de Normandie ont fait la traversée du Mont. Brouillard matinal voilant doucement le Mont qui apparaissait peu à peu au fil de la marche… Une vision inhabituelle de l’Eglise, pleinement dans son identité : pieds-nus et pèlerine.

De quoi rêver soi-même à de nouvelles marches. Comment garder le coeur pèlerin au fil des jours, sans en rabattre sur le poids de la vie quotidienne, mais en choisissant, le temps d’une grande marche, de tout voir autrement. Quand on est marcheur ou pèlerin, le point de vue change, le regard, le contact au sol, un certain sentiment de solidarité autre…

Pour en savoir plus – ne manquez pas, en plus de l’article, l’album photos !.