Rester sur les pas de Bernadette

Jeudi, avril 9th, 2009

C’est le Jeudi Saint, le jour essentiel pour les croyants, celui de la vie donnée, dans un geste que nous refaisons en mémoire de Jésus, qui l’a légué en testament. Geste du pain rompu et de la coupe offerte, et geste en même temps du tablier de l’esclave que le Christ mit pour laver les pieds de ses disciples. Tant de personnes sous mille formes l’ont refait depuis. Et ces gestes font vivre ou parfois revivre l’humanité.

Eh bien je poursuis [ci-dessous] le chemin sur les pas de Bernadette, qui ne nous distrait pas de l’essentiel…

Sur les pas de Bernadette Soubirous

Mercredi, avril 8th, 2009

Hier je m’arrêtais sur ce blog auprès de Notre-Dame des Eaux à Nevers, au couvent Saint Gildard des Soeurs de Nevers, où elle vécut. Ce site dans le printemps est magnifique. Ici donc, juste pour la beauté, et dans la même pensée, au plus profond, qu’hier… Comme un présent, ou bien une prière.

Pensée pour l’Italie

Mardi, avril 7th, 2009

C’est la Semaine Sainte, la Grande Semaine pour les chrétiens, qui suivent au plus près leur Seigneur. L’actualité dit par où passe la Via dolorosa, le chemin de souffrance de l’humanité et du Dieu qui l’aime.

Je choisis simplement ces photos de Nevers, dédiées faute de mieux, avec les pauvres mots de ma prière et peut-être de la vôtre, à ceux qui traversent l’épreuve dans le centre de l’Italie. Sur la photo de droite, la réplique de la grotte de Lourdes, à Nevers. Et au centre, Notre-Dame des Eaux, auprès de laquelle Bernadette Soubirous pria souvent, dans le jardin du couvent Saint Gildard de Nevers. Où elle pleura aussi, à la mort de son père et en d’autres moments de détresse intérieure. Elle disait de cette statue qu’elle était très ressemblante à l’apparition qu’elle avait eue.

Que Notre-Dame des Eaux veille sur ceux qui traversent la souffrance ! Comme un germe de consolation…

Printemps en Nivernais

Vendredi, avril 3rd, 2009

Chemins infatigables, pas pèlerin. Les chemins de Lourdes que j’aime arpenter passent cette année sans lassitude ni trêve par Nevers, le lieu où Bernadette Soubirous choisit de vivre sa vie, plusieurs années après les apparitions de 1858. Elle vint en 1866 à Saint Gildard, le couvent des Sœurs de la Charité et de l’Instruction Chrétienne de Nevers, chez lesquelles elle entrait. C’était cette forme de vie là, fondée sur le service et la prière, et sur l’eucharistie, qu’elle choisissait pour façonner désormais jour après jour son existence.

J’y étais fin janvier, avec plus de 250 personnes, pour préparer le Pèlerinage National de cet été (11-16 août). Et j’y suis revenu en ces journées printanières, voir Nevers autrement – en fleurs cette fois et dans les premiers chants d’oiseaux – avec une cinquantaine de directeurs de pèlerinages soucieux de se former et réfléchir : sur les enjeux du pèlerinage dans une vie d’homme ou de femme aujourd’hui… Et sur le message de ce lieu de Nevers.

Je ne vous lasserai pas avec une reprise des débats et apports – au demeurant très riches  – mais vous emporte en images : au couvent saint Gildard, et dans la ville de Nevers à l’histoire riche et presque aussi vieille que les méandres de la Loire. Son château, ses faïences, sa cathédrale dont l’histoire fut contrariée par un incendie qui l’a fait passer, dans la reconstruction, du roman au gothique. Dans la cathédrale aussi, les vitraux modernes, qui furent peu à peu installés, jusqu’à date très récente, les anciens ayant été détruits en même temps qu’une partie importante de l’édifice lors des bombardements que subit la ville durant le conflit de 39-45. Les nouveaux vitraux peuvent surprendre le visiteur qui les découvre pour la première fois. Les bâtiments aussi marchent, bougent, évoluent… Et leurs pierres, faïences et vitraux reflètent discrètement la vie, le mouvement des hommes !

Les photos suivront sous peu !

Bon week-end !

Nevers

Lundi, janvier 26th, 2009

Ce week-end, j’étais à Nevers. Plus au sud, c’était une lourde tempête. La nature est forte, très ou trop forte parfois. Mais la solidarité des hommes peut l’être aussi, nous le voyons. A Nevers, il en était question. Le mot Hospitalité y revenait au fil du chemin et du travail. Il prenait souvent un sens technique, désignant un ensemble de personnes qui se rendent disponibles aux autres et en particulier aux personnes malades, à Lourdes et partout. Mais le mot sonne toujours comme cette ouverture, cet accueil à la fois reçu et donné, ou pour être plus précis, tantôt donné, tantôt reçu, dans la vie de quiconque, de tous.

Ce sont ces gestes simples, qui quand s’abat la tempête aussi bien que par temps calme, tissent et retissent les liens. Et donnent au présent souvent un étonnant goût d’éternité.

 Le fronton de la maison des soeurs de Nevers, avec une magnifique faute d’orthographe taillée dans la pierre, à moins qu’il ne s’agisse de latin tardif, l’exprime simplement : Deus Charitas est. En Dieu, les gestes d’amour ont saveur d’éternité. Celui qui aime, dit quelque part saint Jean, est né de Dieu !

Il est tant de gestes, de paroles, de restau aussi, qui viennent du coeur et [re-] tissent des liens. Qui donnent au présent un goût d’éternité ! 

nevers

Le fronton de la maison des soeurs de la Charité de Nevers, où vécut Bernadette

 

grotte-de-n-d-de-lourdes-a-nevers

La Grotte de Lourdes à Nevers, qui relie on le comprend l'un et l'autre lieu où vécut Bernadette

Lourdes via Nevers et invitation !

Dimanche, janvier 25th, 2009

Ce week-end, quelques heures à Nevers, avec près de 250 personnes venues de toute la France préparer le prochain Pèlerinage National à Lourdes (11-16 août 2008). Il sera présidé par l’évêque de Nevers, Mgr Deniau. C’est à Nevers que Bernadette Soubirous, quelque 8 ans après les apparitions, se ‘retira’. Façon de parler d’ailleurs. Car elle poursuivait en fait le chemin intérieur et celui de toute sa vie. Et en cette année, qui suit l’année jubilaire des 150 ans des apparitions de Lourdes, c’est-à-dire des apparitions de la Vierge à Bernadette, les pèlerins sont appelés au chemin intérieur, qui les conduit eux aussi sur le sillon le plus profond de leur vie, et d’une rencontre chaque fois unique de Dieu. A la façon du chemin qu’un jour Bernadette prit de Lourdes à Nevers.

Cette note dans le blog vaut invitation à tous pour ces journées du coeur de l’été, qu’ici j’évoque de quelques images prises le 15 août dernier à Lourdes, entre pluie, arc-en-ciel et soleil.

Lourdes au petit matin du 15 août 2008

Lourdes au petit matin du 15 août 2008

Lourdes 15 août 2008

Lourdes 15 août 2008

Lourdes aux couleurs du Pèlerinage National - août 2008

Lourdes aux couleurs du Pèlerinage National - août 2008