Rallumer des étoiles

Jeudi, mars 3rd, 2011

Libye, Tunisie, Bahreïn, Algérie, Yemen… Trouvé cette phrase, qui semble vouloir dialoguer tenacement avec l’actualité, au Proche-Orient et ailleurs : « Il est grand temps de rallumer les étoiles » (Guillaume Appolinaire). Une phrase lancée comme un souhait, une prière… vers le ciel.

Le chemin de Bethléem

Dimanche, janvier 9th, 2011

Bethléem, selon l’étymologie, la « maison du pain », ville si riche d’attente messianique et de paix. Ville dont les évangiles reparlent en ces temps où bien plus haut ou plus loin que les sapins, les croyants fêtent Noël et l’incarnation de notre Dieu. Ville en attente de paix totale puisque les Ecritures la promettent, prenant source justement en ce lieu.

Ces jours je pars pour Jérusalem, ville de la paix, et Bethléem, maison du pain donné…

Pensée pour vous tous. Je vous emporte  en pensée sur ces chemins d’humanité profonde et de paix.

Visages, couleurs et rêve de paix

Mardi, mai 18th, 2010

Il faut marcher longuement dans Jérusalem, partout, et regarder, écouter, entendre, ouvrir le coeur. Si Jérusalem est ville sainte, tout ici doit parler de Dieu, même ce qui est en attente, en genèse, en naissance lente. Je pense à la paix bien-sûr. J’y pense intensément. Qui ne pourrait y penser ? Regarder chaque être comme une parcelle de cette paix à construire, à venir, rêver qu’un jour elle viendra, que ce jour s’est levé, ou qu’il lève, même si l’aube est si incertaine. Cette ville sur laquelle Dieu veille. Sur laquelle aussi Jésus pleura. Sur laquelle tant s’interrogent. Jérusalem, je prie pour toi. Mais le psaume encore me revient : « Oui, Jérusalem, je prie pour ton bonheur ! »

Chelem ou… schelem ?

Lundi, mars 22nd, 2010

Une observation de tlse à ma note d’hier me met utilement en alerte. Je vérifie en effet le mot chelem sur le dictionnaire et voit que l’on peut écrire « chelem » ou « schelem ». Il me faudra consulter un dictionnaire plus détaillé, car le mien précise « n.m. 1773 ; angl. slam, ‘écrasement’… », ce que confirme un très ancien dictionnaire  étymologique, le seul que j’aie sous la main, et qui parle d’altération de l’anglais slam, proprement « écrasement ». De fait, cela prend sens, même si c’est plus prosaïque que je ne l’aurais souhaité, et renvoie à une image plus brutale… J’avais (trop) spontanément (mais merci à tlse de l’observation, qui me corrige utilement) toujours pensé à une racine hébraïque et plus largement sémitique, comme je l’indiquais dans ma note, reliant le mot à shalom (d’où l’orthographe que j’utilisais), image avant tout de plénitude, de comblement, ce que je croyais observer dans la notion de « grand schelem ». Il me faut donc revenir à des pensées plus… terre à terre et penser écrasement. Je fais donc amende honorable face à ce plaquage (ou placage, les deux sont possibles) orthographique qui rectifie (à ma déception !) ce que je pensais…

Mais je pense aussi ce soir au très petit chelem remporté par Obama sur l’assurance maladie aux Etats Unis, mais chelem quand même, qui à quelques voix utiles près, ouvre une voie d’espérance à de très nombreuses personnes et foyers pauvres des Etats Unis, qui trouvent ainsi un système de protection sociale plus qu’utile. J’y vois un signe d’espérance après des débats longs et qui auraient pu faire penser que cette réforme ne « passerait » pas. Je me prends à rêver aussi de paix pour le Proche-Orient, puisqu’elle est aussi discutée au même endroit…

Nuit sans étoiles, du moins en ville où les lumières urbaines parasitent le regard sur le ciel. Mais je repense à ces nouvelles venues de loin… La constellation semble s’éveiller. Bonne nuit ! Qu’elle soit belle !

Voeux et flocons légers sur l’année qui commence

Lundi, janvier 4th, 2010

Loin de l’ordinateur en ce début d’année. Mais comme il est bon de poser ici en ces tout premiers jours de l’année des voeux, avec délicatesse, comme s’ils étaient friables, mais prêts aussi à éclore, quel que soit le froid. Souhaiter que cette année nouvelle soit un chemin de paix, pour les marcheurs d’infinis et les autres aussi. Pour ceux qui sans trêve veillent sur l’humanité, auprès et au loin. Il y a tant à faire auprès. Et tant à veiller aussi au loin.

Neige et froid se sont posés partout. Pékin enneigé, comme d’autres lieux. Comme si le froid et le manteau de blanc pouvaient apaiser ou reposer la terre, et la fonte des neiges féconder un sol de paix.

Oui, paix ! Je ne me fatigue pas de penser que ce mot dans les langues sémitiques – shalom, salam… – signifie non pas la paix politique ou celle-là d’abord, ni même la paix entre les êtres. Celles-ci sont supposées. Car shalom ou salam est plus grand encore. C’est comme le grand shelem – de même racine – que l’on connaît tous en différents domaines, souvent sportifs : la plénitude. Et cette paix là, quand on se la souhaite, mais peut-il y en avoir d’autres, vient de plus haut, vient de Dieu, et porte sa plénitude en l’homme qui ne s’en remet pas et en devient artisan. Artisan, ou artiste, ces deux mots aussi sont-ils si différents ?

Bonne année aux artistes. De tout genre.

Paroles et silences, appels

Lundi, novembre 16th, 2009

Le mur 1  Le mur 2  Le mur 3

Beauté de l’homme qui prie et laisse s’éveiller en lui le ciel. Beauté de l’homme qui prie et appelle, qui supplie, qui entend au coeur les paroles de la Torah du Seigneur, qui désire ses chemins…

Lourdes: lecture ininterrompue de la Bible durant 6 jours et 5 nuits

Mardi, octobre 13th, 2009

Je savais cet évènement en préparation et souhaitais y revenir, en raison de son caractère extra-ordinaire. Environ 1400 chrétiens de divers pays se sont relayés pour lire la bible de façon ininterrompue durant 6 jours et 5 nuits dans les sanctuaires de Lourdes. 130 heures, pour aller des premiers mots de la Genèse au dernier mot de l’Apocalypse et refaire ce chemin immense de la foi et de la révélation, ce long chemin des croyants, ou d’un peuple en naissance, en apprentissage de Dieu. Une manifestation organisée par l’Union nationale italienne de pèlerinages à Lourdes et dans les sanctuaires internationaux (UNITALSI), lors de son pèlerinage, qui fin septembre rassemblait quelque 14 000 personnes.

La première lecture a été faite à la Grotte, où devait également se terminer la lecture au terme de ces 6 jours. Celle-ci s’est faite dans les six langues officielles des sanctuaires (français, italien, anglais, espagnol, allemand et néerlandais), mais aussi en d’autres langues comme l’arabe, le tamoul…

Heureuse initiative que de montrer ainsi, de façon insolite, la vie de ce texte, fait pour être lu, entendu, médité, écouté, prié. Plus loin et plus profond que l’insolite d’une telle initiative, c’est la vie de la Parole de Dieu, disponible pour tous, quels que soient les pays, les cultures, qui se donne ou se laisse pressentir. De telles initiatives tissent des liens de paix…

Regard

Mercredi, juillet 29th, 2009

1 022

Oui, juste revenir du regard, doucement protégé par ce feuillage hospitalier, sur la beauté de la mer et des côtes, de ces étendues boisées qui conduisent au bleu tendre, ici sur la photo, du golfe d’Ajaccio.

Une pensée, sur le bienfait immense de laisser se refaire en soi les capacités d’émerveillement, laisser se refaire les forces intérieures, et la capacité à contempler et à voir, du regard intérieur, la beauté des êtres autant que la rudesse des événements, la beauté aussi de l’homme solidaire. Laisser les forces de l’indignation demeurer intactes, contenues seulement mais sans contrainte, par la sérénité croissante qu’offre le temps de l’été, et que l’on souhaite à chacun. Que je vous souhaite, avec amitié.

Bracelet vert

Jeudi, juin 18th, 2009

Juste un bracelet vert au poignet. Rien, ou si peu ! Mais ce bracelet dit tout, au poignet des footballers iraniens, qui osent ainsi publiquement dire leur dissidence, leur désapprobation au régime qui broie. Et les foules demeurent tenaces dans les rues chaque jour, aujourd’hui en vert et noir. Ils portent le deuil : le silence et le deuil. C’est leur parole de refus total, et de paix. Ils marchent, et cette marche devient, après les violences initiales, une marche de paix. Si elle prenait !…

Oui, le vol de la colombe…

Vendredi, juin 12th, 2009

La colombe poursuit son vol, malgré les vents parfois contraires. On attend les résultats du vote en Iran. Peut-on se prendre à rêver de paix. L’espoir est toujours si ténu, quand les paroles s’envolent souvent comme des brandons susceptibles du pire beaucoup plus souvent que du meilleur.

Les paroles de Benoît XVI au Proche-Orient et celles d’Obama dans les mêmes lieux, puis en Allemagne, sur les lieux du pire, puis encore à peu de jours, sur les plages du débarquement, lieu d’épreuve terrible et de solidarité vive… Tout cela donne un souffle immense à la colombe de la paix.

Samedi, dimanche… le rythme s’apaise. Ma pensée pour la colombe, et ma prière aussi, pour soutenir son vol… Beau dimanche à vous… et aussi à la colombe !