La croix et la source

Vendredi, août 27th, 2010

Pas évident durant le pèlerinage à Lourdes de poster des notes. C’était si bon, si fort…  Je vous y invitais : allez voir en images sur le site qui a suivi et accompagné ces journées ! Et comme en écho, je reprends ici ces photos d’une autre montagne, entre la croix et la source… une vraie parabole de ce que des milliers ont vécu dans la ville mariale, sur le chemin pèlerin.

Anomalie ? Deux photos aussi du renard… rusé, qui file, rencontré un jour au détour du chemin dans ces montagnes. Et s’il n’était pas si rusé que cela, juste passant… A voir.

Strie de résurrection dans le coeur du pèlerin

Jeudi, mai 20th, 2010

Douce clarté en ce lieu. Saint Sépulcre, basilique de la Résurrection. Ici, parfois dans le tumulte ou le bruit, le mystère s’insère dans les interstices du coeur. Le pèlerin sait que son chemin prend un nouveau tournant, nouveau départ. Tout est intérieurement bouleversé, bien au-delà que ce que de vieilles pierres pourtant chargées de tant d’histoire, ne peuvent laisser imaginer. C’est le temps d’une bouture indicible. L’être intérieur reçoit sa semence, avant que le pèlerin ne reprenne le chemin vers ses espaces connus et que pourtant il ne verra plus comme avant. Le pèlerin à son retour est tout autre. Le chemin parcouru a tracé en lui comme un sillon d’éternité. Il part, mais son regard, son visage, sa voix, son corps, son être, sont autres, touchés de Dieu, pour toujours. Brûlure intérieure que quelques flammes qu’en cet instant il contemple, semblent reflèter ou… signaler. Signe de résurrection en sa chair, en son être.

En ces espaces, l’être renaît.

Un regard dans Pèlerin sur naître, grandir, aimer, vieillir…

Mardi, janvier 5th, 2010

Un conseil, une invitation, une incitation : à trouver ou prendre, par tous moyens utiles – honnêtes bien-sûr : voisins, ou kiosques à journaux par exemple - les numéros de Pèlerin depuis celui de Noël et jusque… bientôt en tout cas, sans en manquer un seul si c’est possible. Une grande série sur Naître, Grandir, Aimer, Vieillir… A chaque fois 17 pages tout en couleurs : de la beauté, de la vie comme elle va et… comme on l’aime aussi. Et un regard chaque fois, d’un « spécialiste » de ces questions, et un écho spirituel. Des choses simples, mais – ou : et - merveilleuses, profondément humaines. Un regard en fait sur la vie à tout âge, celle qui nous concerne, de près, de très près, ou de plus loin, mais est-il des moments de la vie dont on soit étranger ? Un vieux [en l'occurence ici un auteur latin du 1er siècle, qui écrivait en particulier du théâtre], disait en substance : « Je suis humain, et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ». Eh bien Pèlerin le dit en couleurs. Je vous le signale, très chaleureusement, car c’est bon, profondément bon, et l’on en ressort grandis. A bientôt !

Dunes et ombres, et clarté du désert…

Mardi, novembre 24th, 2009

A perte de vue, le désert de Judée, comme un grand livre à ciel ouvert, écrit de dunes, d’ombres et de clarté. Combien d’années, de siècles, d’années lumière de vent, de soleil et d’eau, ont formé ces paysages ? Découvrir ces reliefs et ombres en même temps que l’actualité dicte ses nouvelles : celles épisodiques, qui ont parfois la préférence des médias plus faciles, et les autres, celles qui viennent du monde, résultats elles aussi de l’histoire : terres africaines à la peau tendre et pourtant striée des blessures des conflits (aujourd’hui orphelinats du Ghana, enfants soldats ailleurs, dont parlait Pèlerin, et hier La Croix) et ailleurs encore. Entendre battre le coeur du monde plus profond que les tumultes. Y entendre germer l’espérance du Dieu qui travaille ce monde et veille.

Ainsi marche le pèlerin, avide de sources mais ne craignant pas le sable des déserts et ses rocailles. Il marche…

désert de Judée

Reprendre le chemin

Jeudi, novembre 19th, 2009

Reprendre le chemin, tout autre. Tel est aussi le chemin du pèlerin. La route qu’il a faite est chemin intérieur, à pousuivre… Chemin de Dieu.

Partance

Samedi, novembre 7th, 2009

L’instant d’avant est toujours important, comme le disait si bien Saint Exupéry dans son Petit Prince. Temps où l’on s’apprête. Le temps des espaces infinis qu’évoque cette photo au couchant, mais aussi cet olivier noueux. Ils me parlent doucement de Tibériade et des oliviers de Samarie et de Judée, à très peu de temps d’y partir moi-même, comme je l’évoquais sur ce blog il y a quelques semaines. Pèlerins… Près de quatre-vingt, dont vingt cinq ou vingt six en fauteuil roulant. Partir – ce lundi – pour le pays de la Bible, pays de paix en gestation si longue, terre d’Evangile… Aridité du désert qui dit tant de l’homme et lui parle au coeur. Verdoyante Galilée où semblent résonner à l’infini les Béatitudes. Bethléem, blottie derrière le Mur… comme au temps du recensement d’Hérode, mais l’histoire ne se reproduit pas, elle est un tissu continu même s’il est parfois déchiré, sur la terre où naquit Jésus, où il ouvrit une fontaine d’espérance. Jérusalem, ville sainte, aux clochers multiples, aux appels infinis aussi, lancés vers le ciel et lancés vers les hommes, qu’un jour resplendisse la paix…

Pèlerins… Et je vous emmène en pensée bien-sûr sur ces chemins infinis et ces routes, enc es paysages que je vous partagerai encore, soucieux comme au mois de Mai ici-même, d’ouvrir les voies d’un pèlerinage virtuel aussi… réel dans les profondeurs du coeur qu’un « vrai » pèlerinage. Mais qu’est-ce qu’un vrai pèlerinage ? Celui où l’on bouge à l’intérieur, et où Dieu parle au plus profond, au plus secret aussi, mystérieusement, pour chaque être.

5

olivier-noueux

L’homme en blanc devenu pèlerin

Vendredi, septembre 11th, 2009

Voilà un an, Benoît XVI devenait pèlerin… de Paris, puis de Lourdes. Le pèlerin soulève doucement sous ses pas la poussière du chemin, et laisse une trace, une empreinte sur le sol, qui peut s’estomper, s’effacer. Oui, bien-sûr, une trace…! Mais le pèlerin reçoit aussi lui-même la marque d’une empreinte, intérieure, qui peut être beaucoup plus longue. Et ceux qui ont croisé un moment le pèlerin, peuvent aussi recevoir la marque de cette empreinte. C’est plus encore le cas, sûrement, quand ce pèlerin est l’homme en blanc venu de Rome, dont on guette les pas, les mots, le profil, les gestes… voire les faux-pas. Et on pense spontanément que venu de Rome, il fait un chemin à rebours, puisqu’il vient de la ville éternelle. Mais non, il est devenu pèlerin. Il l’a dit, et bien-sûr chacun a pu le prendre au mot – sinon à quoi bon parler, si c’était pour dire l’inverse de la pensée que l’on porte, ou des mots adossés au vide, une forme d’absence sidérale, une illusion, un mensonge… or on en fait parfois aussi l’expérience dans la vie quotidienne -.

Le journal La Croix fait un bref point d’étape à un an tout juste. Et de fait, chacun se souvient, et l’onde de choc ne s’est pas éteinte, même s’il y a eu depuis des remous dans les eaux profondes de l’Eglise, et leur onde de choc laisse aussi son empreinte à l’intérieur des croyants, comme alentour. Alors, je garderai pour aujourd’hui ces mots d’André Cabes, prêtre du diocèse de Lourdes et théologien, parlant à propos de la visite de Benoît XVI à Lourdes : « Dieu est toujours ainsi : il met le projecteur sur ce que les hommes ne voient pas. » Et il ajoute, clin d’oeil peut-être : « Oui, c’est ce que l’on appelle une apparition : faire apparaître ce qui habituellement est caché ». A suivre !

Imminence

Lundi, août 10th, 2009

Lourdes vit, marche, prie, au rythme du coeur des pèlerins et aussi de leur attente. Mais pour moi, pour nous, c’est veille… dans tous les sens du mot. Au sens du veilleur et aussi de la veille dans laquelle se prépare le temps à venir. Oui, demain…

Demain arrivent trains et cars de pèlerinages, qui amèneront vers la ville mariale près de 10.000 pèlerins pour ce Pèlerinage National. Comme directeur, j’attends et veille, prépare, me prépare le coeur à cet évènement.

Vous en êtes en pensée. Et la question centrale de ce pèlerinage : sur quoi est fondée ma vie, celle de chacun ?  Prière pour aller vers l’essentiel. C’est la recherche qui chacun nous met en marche, pèlerins…

En attente…

Dimanche, août 9th, 2009

Clin d’oeil… Ce veilleur des murailles, parabole discrète des attentes intérieures. Rencontrés près de Banias (Nord de la Galilée), ces petits veilleurs peuvent discrètement faire signe au pèlerin. Au pèlerin intérieur.

Juste pour le clin d’oeil, la beauté… et la discrète parabole !

A Banias - Galilée - 2 A Banias - Galilée - 3 A Banias - Galilée

Lourdes sous la pluie et comme en attente

Samedi, août 8th, 2009

Tota pulchra est Maria-icône

Dans quelques heures, mardi vraiment, mais déjà maintenant, le Pèlerinage National. Oui, on y attend 10 000 pèlerins, rejoints par tant d’autres le jour du 15 août. Lourdes est sous la pluie, ou la bruine… comme ce qui pénètre doucement dans le coeur au chemin pèlerin. Et le soleil reviendra porter plus loin le regard, le coeur, le pas…

Car ici le coeur s’élargit aux dimensions d’une communion large, et dont on aimerait que personne ne soit exclu. Comme on souhaite que soit bon le chemin du pèlerin venant en ce lieu.

Comme directeur, je m’emploie activement aussi à cet « avant », avec une équipe large et qui ne compte pas sa peine, pour que le pèlerinage soit beau pour tous. Ici, c’est-à-dire ici à Lourdes, et ici aussi sur la toile, qui laisse vibrer doucement l’onde de bénédiction de ce lieu.

Fraternelle prière, portée doucement ici en réseau.