La foi, comme un petit matin

Mercredi, mars 10th, 2010

En écrivant ces mots : la foi comme un petit matin, je pense au petit matin de Pâques. Lisant il y a quelques jours sur ce blog la note sur Decoin, Dieu et nous : la foi et la marche, des voix amies en effet m’ont interrogé sur le mot doute lorsque l’on parle de la foi. Et je repense à un vieil ami de… plus de 90 ans, qui vient de poursuivre son chemin vers l’éternité, entrepris intérieurement depuis beaucoup plus longtemps. Il aimait me parler de Dieu, et de la foi qui saisit et transforme une vie. Mais il y a peu, il me disait, après le décès de sa femme, que lui aussi allait la rejoindre, qu’il était avec elle, dans la lumière. Et il précisait, « pour moi, ce n’est même pas la foi, c’est la certitude ». Et ces mots m’ont travaillé. Ce sont ceux de Didier Decoin l’autre jour.

Je pense aussi à Jacob, luttant avec un inconnu dans la nuit, au passage du gué du Yaboq (Genèse ch. 32). C’est dans la nuit (comme le dit aussi St Jean de la Croix dans un poème magnifique que se lèguent les générations), qu’il vécut ce combat dont l’enjeu était une rencontre étonnante de Dieu, et sa bénédiction, qui marquait pour toujours Jacob.

Le mot doute renvoie au fait qu’il faut parfois du temps à l’homme pour reposer sur Dieu ou en Dieu.  Et qu’il le cherche parfois aussi de nuit, ce qui coûte à tant de femmes et d’hommes. Le mot hébreu pour dire la foi dérive de la racine que nous connaissons bien par le mot Amen, qui signifie beaucoup plus que ce qu’on en dit d’habitude, quand on dit rapidement « dire : Oui amen à tout ». En hébreu, cette racine évoque ce qui est stable, fiable et sûr, comme un granit de montagne pour le montagnard, comme Dieu sur qui l’on peut se poser ou reposer, sur lequel on peut « tenir » (le mot est souvent traduit ainsi dans la bible). Et le chemin de l’homme se fraie le passage jusqu’à cette confiance totale, à un rythme très différent selon les êtres. Tant d’hommes et de femmes peinent en chemin… et/ou se pensent loin de « tout ça » quand souvent ils en sont proches, très proches, car la foi est comme la terre, qui tandis qu’une part d’elle-même est dans la lumière, est pour l’autre part dans l’ombre. Et l’humanité, ce serait une belle parabole aussi de la foi, est ainsi solidaire, les deux faces du globe se complétant, solidaires et l’une étant une part de l’autre et réciproquement. Et la clarté baigne l’ensemble successivement. Ici s’arrête peut-être la parabole (car la foi n’est pas cyclique).

C’est pourquoi j’écris et pense fermement, que Dieu veille. Il traverse ces zones d’ombres et de lumière qui parfois partagent les êtres… comme ce petit matin d’hiver en montagne dont je ne résiste pas à mettre la photo en grand ici. Comme un petit matin de résurrection dont la lumière se laisse pressentir… et gagne peu à peu le tout.

C’est beau Paris, et aussi chez vous…

Samedi, octobre 3rd, 2009

C’est beau, Paris, au petit matin. Comme chez vous aussi. Les petits matins ont une clarté, même l’automne, qui éveille les ciels intérieurs et renouvelle le regard.

Pigeons dans Paris au petit matin

Et c’est beau aussi les mille couleurs du marché quand le soleil a commencé à briller et fait resplendir, rebondir aussi les couleurs, mêlant étoffes et fleurs… et le coeur du passant. Bon week-end !

 

 

Petit matin

Lundi, juin 1st, 2009

Petit matin, temps d’une respiration longue, temps de pleine respiration… Fraîcheur qui gagne doucement l’intérieur, et touche l’être, en profondeur. Ainsi probablement renaît-on.

Blancheur, neige et suspens

Samedi, février 7th, 2009

Voilà ! Je parlais du blanc, et du pèlerin en blanc. Ils étaient nombreux aujourd’hui, à fendre le vent dans les tourbillons de neige. Embouteillages massifs en région parisienne, mais féérie aussi de la neige qui tombe et redonne on ne sait comment des airs d’enfance à nos esprits d’adultes. Grand tourbillon ! C’est encore l’hiver, et un je ne sais quoi de repos intérieur, sous le voile de tulle qui flotte dans la ville et sur la campagne.

Oui, un voile léger, le temps que la pensée s’envole. Le monde poursuit son cours, de toutes parts, mais la pensée marque une pause. Bon week-end ! Que ce dimanche soit beau, ce jour que les chrétiens, depuis le temps des évangiles, aiment appeler le premier jour de la semaine. Celui en fait où tout commence, au petit matin du tombeau vide et de la résurrection.

Au petit matin du premier jour

Samedi, janvier 17th, 2009

A quelques heures à peine du matin du ‘Premier jour’ de la semaine.
Juste pour la contemplation ou pour la prière intérieure…

Notre-Dame de Paris dans le petit matin

Notre-Dame de Paris dans le petit matin